La méthode rain pour affronter les situations négatives et désagréables dans votre vie. Agir avec pleine conscience et bienveillance.

La méthode RAIN pour affronter vos inquiétudes et les situations négatives !

Aujourd’hui encore, vous faites face à des situations négatives et vous ne savez pas forcément y répondre de la bonne manière, c’est-à-dire y répondre avec bienveillance, réflexion et compassion.

Dès lors que quelque chose de mal se passe dans votre vie, vous avez l’impression d’être pris au piège par vos pensées négatives qui vous happent le moral. Vous ressentez de l’impuissance face à toutes ces pensées. Votre cerveau carbure et soudainement, alors qu’hier tout allait bien, vous basculez dans un mode « purée tout va mal, je ne sais pas comment je vais m’en sortir ».

Vous vous mettez alors possiblement à paniquer et à vous demander comment faire pour résoudre telle ou telle situation négative qui se passe en ce moment dans votre vie.

Je me trompe en vous disant cela ?

Vous voudriez que cela change, vous voudriez trouver une manière simple pour gérer cette cohue incessante de pensées négatives, mais à chaque fois que vous essayez de régler la situation, à chaque fois que l’on vous conseille des choses à faire, cela ne fonctionne pas forcément et vous vous retrouvez encore une fois à la case départ.

repartir à zéro avec la méthode RAIN

Rassurez-vous. Je suis passé par là aussi.

J’ai cependant trouvé un moyen me permettant de prendre un bol d’air frais lorsque quelque chose de mal se passe dans ma vie. Une méthode qui me permet de souffler un peu et qui me permet de réagir avec conscience et bienveillance au lieu de réagir immédiatement d’une façon bête et méchante, que l’on regrette parfois juste après.

Répondre au lieu de réagir

Pour mieux comprendre cette dernière phrase, je vais prendre l’analogie avec la colère. Prenons l’exemple d’un conflit avec une ou plusieurs personnes. Pour la majorité, au lieu de prendre du recul et agir après l’orage, ces personnes répondent sur-le-champ d’une façon parfois violente. Puis par la suite, elles regrettent leur comportement.

« Argh, si j’avais su, je n’aurais pas du réagir de telle ou telle manière » ou encore « Ah, j’ai peut-être été un peu dur avec cette personne ».

Quand quelque chose vous énerve, vous avez sûrement raison d’être énervé. La question est de savoir si vous allez réagir à cette émotion sans y réfléchir ou si vous allez y répondre avec une prise de recul en toute conscience.

Cela vous parle, n’est-ce pas ? Entre nous, ce genre de situation est arrivé à tout le monde.

Je parle de dispute, mais cela s’applique même sur d’autres situations négatives. Regardez.

Réfléchissez sur vos événements passés. Peut-être même que récemment, une situation désagréable s’est produite; vous avez alors réagi immédiatement et cette réaction n’était pas forcément la meilleure. Vous vous êtes peut-être insulté, vous vous en êtes peut-être voulu envers vous-même, vous avez peut-être pris une décision que vous avez regrettée par la suite.

Vous voyez ?

Bref, vous avez réagi de manière primitive. Qu’est-ce qui s’est passé ? Vous avez donné une réponse immédiate face un stimuli extérieur, mais une réponse qui n’était pas forcément adaptée et qui ne va surtout pas plus vous aider par la suite à résoudre votre problème.

Comment utiliser la méthode RAIN face à une situation négative. Schéma classique de réaction face à une situation négative qui vous arrive.

Sauf qu’il est trop tard. Vous avez agi. Vous ne pouvez pas revenir en arrière.

Rappel des conséquences :

  • Vos émotions deviennent plus fortes
  • Vous entrez dans un cercle vicieux et vous continuez à être happé par vos pensées négatives
  • Vous ne prenez pas forcément la meilleure décision (et c’est vrai, toutes les décisions prises sous le coup des émotions ne sont pas forcément les plus adéquates)
  • Vous pouvez être pris de regrets et de remords
  • Votre santé mentale n’ira pas forcément en s’arrangeant parce que vous vous faites du mal et ceci même si vous ne vous en rendez pas compte. Il est difficile ensuite de renverser la vapeur.

Mais encore une fois, je vous rassure, c’est normal. Ce n’est pas de votre faute. C’est une réaction tout à fait normale et légitime.

Même moi, il m’arrive encore de m’emporter et réagir de cette manière, mais pour sûr beaucoup moins souvent qu’auparavant. J’ai dressé l’éléphant, j’ai dressé mon cerveau afin qu’il soit plus dans la réaction bienveillante.

Et dans cet article, je vais vous expliquer le processus.

Le but à la fin de cette lecture est de vous donner la méthode qui va vous permettre d’être plutôt dans la situation suivante :

Comment réagir idéalement face à une situation négative pour se sentir en paix avec soi-même. La méthode RAIN

Je souhaite vous sensibiliser au fait que vous ne pouvez pas contrôler ce qui se passe dans votre esprit. En revanche,  vous pouvez contrôler la manière dont vous y réagissez . C’est ça la clé.

Mais pour que vous compreniez mieux la pratique d’aujourd’hui, je vais poser certaines bases.

La pleine conscience (Mindfullness)

Vous savez, maintenant, cela fait plus d’un an que je médite et que j’essaye d’appliquer la pleine conscience dans mon quotidien et  je peux vous dire maintenant avec du recul que je sens une différence notable dans ma façon de me comporter et ma façon d’être au quotidien.

Déjà deux choses que j’ai réalisées très récemment :

  • Je suis devenu plus calme et moins agité. Mon esprit est plus posé.
  • Je suis carrément moins stressé. Alors qu’auparavant je frôlais la crise cardiaque quand je passais un examen (le BAC, je ne vous en parle même pas), je suis aujourd’hui plus serein et je remarque que lorsqu’il y a des situations stressantes qui m’arrivent, cela ne m’affecte pas plus que ça.

Alors rapidement, qu’est-ce que la pleine conscience ?

Je parle de méditation pleine conscience dans cet article. La méditation peut vous éviter de vous laisser happer par la panique. Elle peut vous permettre de vous détacher un peu de la situation négative qui est en train de se produire dans votre vie. Je vous invite à le lire plus tard si vous avez un peu de temps. Il vous expliquera comment vous pouvez commencer à méditer très simplement.

Laissez-moi vous expliquer en quelques mots ce qu’est la pleine conscience.

Le rôle de la pleine conscience est de créer un espace dans votre tête afin de pouvoir être plutôt dans la « réponse » que dans la réaction.

reagir avec bieveillance dans la méthode RAIN

Plus précisément, il s’agit d’un état où vous portez intentionnellement votre attention au moment présent avec bienveillance, sans jugement (vous ne décidez pas si c’est bien ou mal, désirable ou non) et sans attente (vous n’attendez rien de précis en retour). Vous êtes un observateur de ce moment présent qui n’attend rien de spécial et qui ne s’accroche pas à ce qui se passe. Et ce moment présent est composé de deux choses :

  • Ce qui se passe en vous : vos sensations corporelles qu’elles soient agréables ou désagréables, votre respiration, le flot incessant de vos pensés
  • Ce qui se passe autour de vous :  sons, odeurs, textures, mouvements…

Différence entre instant présent et pleine conscience ?

Être dans la pleine conscience inclut le fait que vous êtes dans l’instant présent. Pour être donc totalement en pleine conscience, vous devez être  dans l’instant présent, mais en plus avoir une conscience de ce qui se passe en vous et à l’extérieur de vous.

Et d’après les dernières recherches scientifiques, cette pratique aurait de nombreux bienfaits sur la santé comme la réduction de stress, l’atténuation de la dépression, l’amélioration de sa concentration ou encore le renforcement de son système immunitaire.

Plus précisément, les chercheurs ont montré que le cerveau changeait au fur et à mesure que l’on méditait et que l’on pratiquait la pleine conscience.

C’est le concept de la « neuroplasticité« .

Neuroplasticité et méditation pleine conscience. Comment le cerveau est affecté ?

Vous savez, pendant très longtemps on a pensé que le cerveau était figé une fois arrivé à l’âge adulte c’est-à-dire que sa structure ne changeait pas.

Or il n’en est rien. En effet, les études montrent que le cerveau est en changement constant face aux réponses que vous provoquez de vos expériences vécues. Ils ont montré, entre autres, que la matière grise de votre cerveau (en gros, elle a pour rôle de recevoir les messages, d’examiner les informations et de préparer les réponses à différents stimulus) associé à la conscience et à la compassion pouvait se densifier tandis que les régions associées au stress pouvaient quant à elles diminuer.

Il est donc possible de « muscler » votre cerveau, de le modeler par la méditation de la même manière que vous pouvez tonifier et muscler votre corps en faisant du sport. Plus précisément, comme lorsque vous vous musclez vos jambes ou vos bras en soulevant des poids, vous densifiez la matière grise du cerveau en méditant.  (Tout comme le bonheur qui est aussi une compétence qui se travaille et qui ne tombe pas du ciel).

Une autre étude intéressante a montré aussi qu’une partie du cerveau qui s’active normalement quand l’esprit vagabonde, rumine sur le passé ou encore se projette dans l’avenir était désactivé par les personnes qui méditaient.

C’est juste incroyable et les scientifiques sont toujours surpris par les découvertes qu’ils réalisent :). (Personnellement, ça me passionne tout ça haha).

Si vous souhaitez en savoir plus sur le bonheur et le cerveau, j’ai aussi écrit un article recensant les 8 pratiques qui vous rendront plus heureux d’après les neurosciences. Cela devrait vous intéresser.

Allez, assez parlé Lirone, tu nous expliques la méthode ?

Oui, c’est vrai, j’ai commencé à divaguer et je sais que vous êtes impatient de savoir. J’y viens, mais comme la méthode que je vous propose se base sur la pleine conscience, il était important pour moi que je vous explique rapidement les fondations.

Allez, rentrons dans le vif du sujet maintenant que vous êtes prêt.

Je vais enfin vous expliquer la technique qui va vous permettre d’appliquer la pleine conscience face à vos inquiétudes et face à des situations difficiles qui arrivent dans votre vie. Vous allez pouvoir faire de la place entre l’élan et l’action, de sorte que vous ne soyez plus sous l’emprise de vos émotions lors d’une situation négative et de sorte que vous ne réagissiez plus de la mauvaise manière.

Vous allez pouvoir réaliser une prise de recul et ça, c’est cool.

C’est une technique qui est énormément utilisée par des thérapeutes et des profs bouddhistes. Elle va vous permettre d‘affaiblir vos pensées négatives, de vous apaiser et d’aller de l’avant.

C’est la méthode RAIN.

Je vous explique la méthode puis je vous montre comment je l’ai utilisée pour une situation négative qui m’est arrivée récemment.

La méthode en 4 étapes à utiliser lorsque vous faites face à une situation difficile

RAIN pour :

R : Reconnaissance

A : Acceptation

I : Investigation

N : Non-identification

Passons en revue ensemble ces différentes étapes.

1. Reconnaissance

 Reconnaître ce qui est en train de se passer 

La reconnaissance est tout simplement le fait de reconnaître, d’admettre de manière consciente qu’en ce moment même vous ressentez de fortes émotions comme la douleur, la tristesse ou encore la colère.

Vous devez prendre le temps de les reconnaître.

etape de reconnaissance pour la méthode RAIN. Reconnaître les situations négatives et ses émotions pour ne plus souffrir.

Vous reconnaissez que vous êtes bloqué, que vous vivez telle ou telle situation qui provoque en vous certaines croyances, certaines émotions ou encore certaines sensations physiques désagréables.

Des signes doivent vous alerter : une voix intérieure encore plus virulente, une sensation de lourdeur, la boule au ventre, le coeur qui bat plus rapidement que d’habitude, une fatigue particulière…

Reconnaissez-les sans jugements. Vous mettez juste une étiquette sur vos émotions. En faisant cela, c’est-à-dire en les remarquant puis en les nommant, vous atténuez la puissance de ces émotions et par conséquent la douleur que vous ressentez face à cette situation.

Par exemple :

« Je suis inquiet par rapport à tel ami », « Je suis en colère contre moi-même d’avoir fait telle ou telle chose », « Je me sens triste et impuissant parce que mes amis m’ont laissé tombé », « je me sens jaloux par ce que telle ou telle chose ».

Scientifiquement, cela a été montré qu’étiqueter vos émotions négatives atténue leur puissance. Je vous mettrais l’article en question si vous le souhaitez.

Ceci est la première étape.

2. Acceptation

 Autoriser et accepter ce qui est en train de se passer 

Dans cette étape, vous laissez de côté votre résistance. Vous acceptez les choses telles qu’elles sont et vous les laissez être ce qu’elles sont.

Etape acceptation de la méthode RAIN pour affronter les mauvaises situations

Souvent, face à une situation négative, la première chose qui vous passe par la tête est de vous démoraliser et de faire un plongeon dans vos pensées qui se sont mises soudainement à se déchaîner.

Pas vrai ?

Vous vous retrouvez alors coincé dans vos pensées avec une impossibilité de vous en sortir comme si que vous étiez coincé dans du sable mouvant et qu’il était impossible pour vous d’en sortir. Au contraire, bien que cela ne soit pas simple, s’enfermer et s’identifier dans ses pensées est la chose qu’il ne faut pas faire.

Paradoxalement, les solutions apparaissent lorsque vous vous autorisez à accepter la complexité de la situation et lorsque vous acceptez que cette situation soit bien présente sous vos yeux.

« Okey maintenant, je suis en train de vivre telle ou telle situation. C’est un fait. Je ne peux pas la changer » .

Comme vous l’avez sûrement deviné, c’est ce qu’on appelle tout simplement l’acceptation.

Vous le savez peut-être, mais quand vous êtes dans du sable mouvant, la pire des choses à faire est de bouger dans tous les sens, de vous agiter et d’essayer de vous en sortir le plus vite possible. Non ?

Au contraire, si vous vous relaxez, si vous êtes conscient que vous êtes dans une situation délicate et que vous l’acceptez, il sera plus facile pour vous de sortir de ces sables mouvants parce que vous ne serez plus moins agité.

Vous comprenez le concept ?

Allez, je résume vite fait.

Dans cette étape, vous acceptez ce que vous êtes en train de vivre en ce moment et vous le présentez à vous comme étant votre réalité. Encore une fois, accepter ne veut pas dire que vous devez aimer ou pas cette situation. Vous l’acceptez juste et vous autorisez vos sentiments à remonter à la surface de votre esprit au lieu de les laisser s’enfouir en vous.

Beaucoup de gens pensent qu’accepter le problème ne permet pas de résoudre un problème. Or c’est faux. L’acceptation n’est pas la passivité. Au contraire.

Passons maintenant à la troisième étape.

3. Investigation

 Inspecter ce que nous sommes en train de vivre face à cette situation 

Jusqu’à présent en ayant réalisé les deux étapes précédentes, vous avez fait preuve de présence et vous avez entamé un processus d’apaisement. Pour certaines personnes, les deux premières étapes sont suffisantes, mais ce n’est pas tout le temps le cas.

Elles seront suffisantes si les personnes concernées ont déjà fait un gros travail sur soi et plus particulièrement sur leur état d’esprit ;).

Prenons un exemple. Si vous êtes sur le point de perdre un boulot que vous appréciez, vous allez être facilement envahi par des émotions fortes. On est d’accord ?

Et parce que ces émotions sont fortes, une réaction en chaîne d’événement peut se produire et tout peut tourner au cauchemar pour vous. Une deadline qui approche, une critique d’un collègue ou d’une personne de votre entourage, se coincer le petit orteil dans un meuble (avouez que c’est terrible!), apprendre une mauvaise nouvelle… En fait, si vous voulez c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et cette goutte peut vous faire chavirer.

C’est pour cela qu’on peut continuer avec l’étape d’investigation.  C’est une étape importante qui va vous empêcher de chavirer dans le côté sombre de la force ;).

Etape investigation de la méthode RAIN pour affronter les situations négatives.

Ici, vous allez jouer le rôle d’un observateur. Vous allez plus précisément, jouer le rôle de détective. Vous allez vous connecter à votre curiosité naturelle et être encore plus présent en remarquant de quelles façons vos sentiments, vos émotions et vos pensées affectent votre corps et votre façon d’être.

Vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • Quand est-ce que la dernière fois j’avais cette même sensation ?
  • Pourquoi je me sens comme ça ?
  • Est-ce que l’événement qui s’est produit a provoqué toutes les émotions que je suis en train de vivre ou c’est plutôt la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ?
  • Est-ce qu’il y a des facteurs physiologiques comme le manque de sommeil qui sont responsables en partie de ce que je suis en train de ressentir ?
  • Qu’est-ce qui se passe en moi maintenant ?
  • Comment est-ce que cette situation se répercute sur mon corps ?
  • Est-ce que mon rythme cardiaque s’accélère ?
  • Est-ce que je sens des contractions et des tensions dans mon corps ? Si oui, ou ?
  • Quelles pensées, sentiments et sensations sont en train de se passer ici et maintenant ?
  • Qu’est-ce que j’aurais besoin de faire maintenant, tout de suite ?

Vous l’avez compris, vous allez jouer le rôle d’un enquêteur qui cherche le moindre indice qui pourrait l’aider dans son enquête.

Faites appel à votre curiosité intérieure et laissez tomber tout préjugé. Il n’y a que vous. Vous êtes en réunion avec vous même.

Écoutez-vous avec compassion et bienveillance.

Ce n’est pas facile parce qu’on n’a jamais appris à le faire. Ne rajoutez donc pas une couche en vous disant que vous ne savez pas faire ou que vous êtes nul. Sinon pour de bon, vous allez vous sentir encore plus mal.

Avec de la pratique, vous aspirerez à sortir de cette prison intérieure où tous les mauvais sentiments s’accumulent au cours du temps.

Avec ce processus d’investigation, vous provoquez une réponse consciente de votre part. Vous rappelez-vous ce que je vous ai dit au début ?

Allez je suis sympa : être dans la réponse plutôt que dans la réaction.

4. Non-identification

 Ne pas s’identifier avec ce que vous êtes en train de vivre 

Cette dernière étape est une prise de recul face à vos émotions. En bref, ce n’est pas parce que vous êtes triste, que vous êtes mal, ou que vous êtes colérique que vous êtes intrinsèquement une personne triste, qui est tout le temps mal ou encore qui est colérique.

Vos pensées, vos émotions et sensations ne sont pas vous !

Je le répète parce que c’est important : vos pensées, vos émotions et sensations ne sont pas vous.

C’est délicat à comprendre, mais dès lors que vous l’aurez bien assimilé, vous allez voir du changement.

Analogie de la pleine conscience avec une cascade d'eau

Je vais faire la comparaison avec une cascade d’eau. Dès lors que vous faites face à des émotions douloureuses, vous êtes sous la cascade d’eau et vous prenez toute l’eau sur vous.
Cependant, vous avez juste à réaliser un pas vers l’arrière pour ne plus être sous l’afflux massif d’eau. Vous vous retrouvez alors en position d’observateur de l’eau de la cascade qui tombe. En faisant cela, vous créez de l’espace entre le stimulus et la réponse.

Vous atténuez votre souffrance.

Si cela ne vous parle pas, imaginez que vos émotions font partie d’une immense couche de brouillard qui s’interpose entre vous (votre Être) et la réalité. Vous remarquez alors que vous n’êtes PAS ce brouillard.

Il faut que vous réalisiez que vous n’êtes pas votre esprit ni vos émotions. Vous êtes plutôt la conscience observatrice de ce qui se passe en vous.

Vous êtes le météorologue qui analyse sa météo interne.

En réalisant ceci, vous allez souffler ! Vous allez vous sentir beaucoup plus libre, plus en paix et vous aurez plus tendance à lâcher prise.

Sachez-le : peu importe la situation que vous êtes en train de vivre, il y aura toujours une partie en vous qui ne sera pas affectée.

Votre travail : trouvez cette partie en enlevant l’épais brouillard des émotions.

 

Voilà pour les 4 étapes de la méthode RAIN.

Cependant, à cette méthode, je rajouterais une nouvelle lettre : A.

A pour autocompassion.

5. Autocompassion

 Être gentil envers soi-même 

Il est possible que vous ayez du mal à réaliser ces différentes étapes. C’est une méthode simple, mais pas facile. Pour vous dire, j’ai encore du mal à l’appliquer partout même si ça va en s’améliorant.

En revanche, ma pratique s’est grandement améliorée quand j’ai rajouté une composante, qui avec du recul est essentielle : l’auto compassion.

En réalisant cet exercice, vous allez peut-être sentir des résistances qui vont se manifester pour la plupart du temps sous forme de jugements que vous aurez envers vous-même, de tensions et/ou par des émotions supplémentaires comme la honte.

Par exemple, vous pouvez ne pas réussir à vous focaliser suffisamment longtemps sur votre corps pour remarquer où se situent vos émotions ou encore peut-être que lorsque vous le faites vous vous jugez et vous ressentez une certaine honte.

C’est possible. C’est notre tendance naturelle à résister face à des sentiments d’insécurités et des sentiments désagréables. Les émotions ont déjà pris le pouvoir sur vous!

L’autocompassion c’est simplement être gentil, généreux et sympathique envers vous même. C’est être emphatique envers votre meilleur ami et votre meilleur allié.

Soyez une mère ou un père qui console son enfant.

L'étape de compassion pour la méthode RAIN. Il faut faire preuve de compassion envers soi pour diminuer la souffrance et la douleur

Imaginez qu’un enfant (peut-être le vôtre) vienne vers vous en pleurant à la sortie d’une activité parce que ce dernier n’a pas réussi à accomplir quelque chose. Vous n’allez pas le critiquer ni l’insulter non ? (Enfin j’espère pour vous et surtout pour l’enfant 🙂 ). Non à la place, vous allez compatir et vous allez accorder une attention bienveillante particulière à votre enfant. Vous allez tout faire pour le consoler et le réconforter.

Ce que vous faites à cet enfant, vous devez le faire avec vous !

Un exemple Lirone ?

Oui la première fois cela peut ,paraître un peu abstrait alors je vais vous donner un exemple. Je vais vous montrer comme j’ai appliqué cette méthode sur une situation qui m’est arrivée récemment. Bon ce n’était pas quelque chose de très grave, mais c’est un événement qui s’est passé il y a quelques jours.

Situation : Il est environ 21h, il fait nuit et fait froid. Il me reste moins de 10% de batterie. Je roule sur une route départementale vide de voitures et sans lumière. Soudain ma voiture tombe en panne en plein milieu de la route. Je me retrouve coincé en plein milieu du bord de route et je n’ai pas pu aller faire une de mes activités (qui est la danse). J’apprends par la suite que ma voiture est bonne à être jetée, car le moteur est tombé en panne. (Vieille voiture)

  1. Reconnaissance
    Je me dis de manière consciente : okay je viens de tomber en panne en plein milieu d’une route. Il fait froid, je n’ai presque plus de batterie, il fait noir et je ne vais pas pouvoir aller danser. Je commence à ne pas être bien et je commence à ressentir de la colère, de la frustration, de la tristesse et même de la peur.
  2. Acceptation
    J’accepte ce qui se passe en moi. J’accepte le présent qui m’est offert. Je prends conscience de mes émotions et de la situation qui est en train de se dérouler. Je ne dis pas non à cette situation et je ne la refoule pas. Je ferme mes yeux, je prends de grandes respirations conscientes et je choisis d’adopter une réponse bienveillante plutôt que de réagir immédiatement sous le coup de mes émotions. C’est comme ça, je ne peux rien y changer.
  3. Investigation
    J’ai mon coeur qui s’est accéléré. Je tremble un peu des mains (peut-être le froid qui joue un peu ?). Je prends conscience de mes pensées qui sont parfois virulentes.
    « Putain, fais chier, comme par hasard ça n’arrive qu’à moi, je n’ai vraiment pas de chance »
    « Tu vas rester bloqué toute la nuit ici, tu vas mourir de froid ou tu vas même peut-être provoquer un accident »
    « Tu aurais dû aller vérifier la voiture quand tu as vu qu’il y avait des indices qui montraient que la voiture allait tomber en panne »
    « Voilà, tu vas louper une séance de danse, c’est des sous en moins et tu vas prendre beaucoup de retard »
    « Qu’est-ce que je vais faire ? Aidez-moi ».
    Je sens des contractions dans mon corps. Je les identifie.
    Je me pose des questions comme « Bon, qu’est-ce que tu peux faire de mieux maintenant ? », « Quelle est l’action intelligente que je pourrais réaliser maintenant ?
  4. Non-identification
    Enfin, je me rappelle l’histoire de la cascade d’eau et du brouillard qui me fait remarquer et rappeler surtout que je ne suis pas mes émotions ni mes pensées.

A la suite de ces 4 étapes, je me suis senti carrément mieux et plus en harmonie avec moi-même. L’histoire s’est bien terminée et j’ai même exprimé de la gratitude.

Vous devez essayer

Quand vous êtes dans une situation où les pensées négatives prennent le dessus et vous font souffrir, essayez d’appliquer cette méthode RAIN qui est une technique qui va vous permettre de recadrer vos pensées et de créer un espace plus grand entre ce qui se passe en dehors de vous et la réaction que vous allez accorder à la situation qui est en train de se dérouler.

Vous allez ainsi atténuer la douleur du moment présent en créant un plus grand espace dans votre tête qui va vous permettre une plus grande prise de recul.

Les premières fois ne vont pas être faciles, je préfère vous prévenir. Pas facile à cause de vos résistances internes qui veulent vous empêcher d’agir. Ces résistances vont notamment s’exprimer par des jugements que vous allez porter sur vous et sur l’exercice.

Cependant, continuez. Essayez une fois, deux fois, trois fois et voyez par vous-même si cela devient plus facile avec le temps.

C’est une méthode qui est beaucoup utilisée dans le monde thérapeutique et qui a fait ses preuves. Même si par moment j’ai encore du mal, cette méthode m’a terriblement aidé et je suis convaincu que la pleine conscience est un moyen très efficace face aux maux.

Si ça a fonctionné sur moi, sur des personnes de mon entourage et sur d’autres, il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas sur vous.

Un jour, une connaissance m’a raconté l’histoire suivante :

Son ami était assis à côté de sa mère mourante qui était dans le coma. Au bout d’un certain temps, celle-ci ouvrit les yeux, regarda son enfant et lui dit « Tu sais, toute ma vie, j’ai pensé que quelque chose n’allait pas avec moi ». Elle a ensuite fermé les yeux. Elle est retournée dans le coma et est morte peu de temps après. C’est un événement terrible, mais pour cet ami, paradoxalement, les derniers mots de sa maman furent un cadeau puisque cela lui a permis de vivre avec plus de conscience et de compassion envers lui-même et de se sentir plus libre et en paix au quotidien. Ces derniers mots lui ont fait comprendre l’importance de vivre dans l’instant et d’être le plus possible dans la conscience de soi afin de ne pas créer une réalité qui est fausse.

Alors voici ce que vous allez faire maintenant.

Je ne vais pas vous demander de méditer. Même si je vous y encourage fortement, cela reste votre choix, je ne peux vous y obliger. Et en plus, c’est vrai, certaines personnes ne vont pas accrocher à cette pratique.

En revanche, ce que je vous demande de faire est la chose suivante :

Au prochain évènement désagréable qui se produit dans votre vie, relisez cet article et appliquez la méthode RAIN. Je souhaite que vous essayiez. Je ne veux pas que vous soyez cette énième personne à juste lire et à rester passif.

ACTION !

Lancez-vous et après seulement vous pourrez m’en dire des nouvelles.

Soyez tenace, soyez persévérant, gardez le sourire et tout se passera bien.

Il y a des situations difficiles, c’est vrai et je ne suis pas à votre place pour mesurer la gravite de celles-ci. Cependant, il y a au moins une chose dont vous êtes capable : réagir avec bienveillance et compassion.

Vous êtes votre meilleur ami. Ne l’oubliez pas.

Allez !

Je compte sur vous.

Merci pour votre attention.

Cette méthode est résumée dans une fiche pratique action que vous pouvez retrouver avec 50 autres fiches (pour le moment). Vous pourrez ainsi imprimer l’essentiel de cette méthode et l’avoir toujours à portée de vous. Vous pouvez en savoir plus juste par ici.

Lirone RAINer presque professionnel

Êtes-vous capable de diffuser du positif autour de vous ? Partagez et contribuez à un monde plus positif :)
Lirone

À travers mon blog, je vous aide à devenir plus heureux et plus positif au quotidien. Première cible : votre état d'esprit. Mon but est donc de vous aider à changer votre état d'esprit afin qu'il soit plus positif. Vous verrez ainsi les choses d'une autre manière. Devenez à votre tour un diffuseur de positif et impactez à votre tour les personnes autour de vous.

Cliquez ici pour laisser un commentaire positif

MOUNY KEM CHHOM

« Vos pensées, vos émotions et sensations ne sont pas vous ! »
Tu as raison Lirone d’insister sur ce point : face à une situation négative, on est submergé par des émotions négatives (les insultes pleuvent, du genre : « putain, fais chier…. Hahaha !…) et par des sensations désagréables (palpitation du cœur, boule au ventre…).
J’aime bien l’analogie avec la cascade d’eau, face à certaines situations délicates, on est envahi par un afflux de pensées, d’émotions et sensations qui ne sont pas très agréables, c’est comme si on était face à une cascade d’eau, comme tu dis, il suffit juste de reculer pour ne pas être sous cet afflux d’eau, prendre du recul, se mettre en position d’observateur pour mieux observer ce qui se passe autour de soi et par la suite trouver des solutions adéquats face à ces situations (car il est difficile de faire quoique ce soit correctement sous le coup des émotions).
L’erreur comme tu dis, c’est de s’identifier à ces pensées, à ces émotions et sensations qui nous enferment et qui nous font mal, le mieux est de s’en libérer en se positionnant en observateur.

Merci Lirone.

Répondre
    Lirone

    Je n’aurais pas dis mieux Janine 😉 ! Merci pour ton commentaire !
    En tout cas tu as le bon mindset !

    Au plaisir de te lire,
    Lirone

    Répondre
Valérie ARNO

Merci Lirone pour cet article qui va bien me servir (évidemment ! sinon je ne serai pas là lol ) 🙂 Je fais davantage attention maintenant à mes réactions (tendance à l’emportement, coups de nerfs…) et je me surprends à me dire qu’il n’en vaut pas la peine, je dis stop. Certaines fois malgré tout, c’est difficile de ne pas craquer, surtout quand on se sent touché, blessé, injurié… quand ça touche de près. Mais c’est un travail sur soi et on peut y arriver à force de persévérance. On ne doit pas devenir esclave de nos émotions et pensées négatives. Je n’ai pas tout lu (fatiguée là) mais je vais l’imprimer pour le lire tranquillement dès que j’aurai les neurones reposées 🙂 Encore merci à toi, c’est un excellent article.
Valérie

Répondre
    Lirone

    Avec plaisir Valérie ! Comme tu dis ce n’est pas facile, c’est vraiment un gros travail sur soi à faire mais avec du temps et de la conscience, ça vient tout doucement ! Il m’arrive encore parfois d’être affecté et c’est à ce moment que je pense à l’autocompassion qui est quelque chose de fondamental. Courage et keep rocking !
    Tient moi au courant de tes avancées Valérie 😉
    Au plaisir de te lire,
    Lirone

    Répondre
      Valérie ARNO

      Oui c’est à force de lire et relire, et pratiquer les conseils donnés, en domptant notre cerveau, que nous parvenons à rester maître des situations difficiles. Apprendre à devenir calme. Notre santé s’en trouve nettement améliorée, on dort mieux, on s’épargne des douleurs physiques et mentales. Je me sens de mieux en mieux par rapport à l’an dernier (2016). Finies les nuits entre-coupées 😀 J’arrive à ne plus monter sur mes grands chevaux dès que quelque chose me contrarie, qu’une situation n’est pas facile à supporter et surtout au travail je m’emporte beaucoup moins. Bien sûr ça peut arriver, on n’est pas parfait, mais quand on y pense, après coup, on se dit que ça ne vaut pas le coup de se faire du mal. On progresse vers le bonheur !

      Répondre
Benjamin

Génial l’article !! Merci !

Répondre
Gwendoline

Bonjour cher Lirone !

J’ai adoré te lire. Pour preuve, c’est la première fois que je commente un article hors Facebook en cinq ans de documentations qui parlent de développement perso.. Tu expliques les choses de manière très claire, en utilisant des images, c’est comme ça que je fonctionne aussi 🙂 Ça doit bien faire deux heures que je lis tes articles concernant le lâcher-prise, je me suis régalée.. C’est marrant que je trouve cet article, ça fait un petit moment que je travaille sur moi, & ton article sur la méthode RAINA résonne en moi, c’est ce que je vis depuis un moment, j’ai souvent du mal à prendre de la distance avec mes émotions.. Merci beaucoup Lirone! Continue comme ça, tu déchires ! _/\_ Namasté… À bientôt, merci pour cette précieuse clé..

Avec tout mon cœur, Gwendoline..

Répondre
    Lirone

    Bonjour Gwendoline !

    Génial, je suis heureux que l’article t’ait plu et que tu aies pu en tirer quelque chose pour toi.
    Merci à toi pour ton super commentaire !
    Au plaisir de te lire Gwendoline 🙂

    Bien à toi,
    Lirone

    Répondre
Yohan

Salut. J’aimerais sérieusement te remercier. Je me reconnais tellement dans ce que tu dis, c’est incroyable ! Tout tes articles sont très riches. Merci d’avoir pris le temps de les écrire, vraiment !
Ça aide à se connaître et je pense que c’est très important.

Répondre
Corinne

Bonjour,je traverse au moins une fois par an une crise d anxiété avec presque plus de c apacite de reflchir plus d envies et je rame même si j ai un caractère plutôt combatif…..J ai déjà fait le travail que vs proposer mais rien ne marche sans anti depresseur.malheureusement….

Répondre
Isabelle Anton

Bonjour,
Nous sommes notre meilleur ami !! Cette phrase m’inspire beaucoup alors pourquoi nous en rajouter une couche avec des jugements sur ce que l’on ressent ou sur ce que l’on a raté, sur ce que l’on aurait du faire…J’adore la dernière partie Auto compassion : oui la vie n’est pas un long fleuve tranquille, alors quand il y a une turbulence, on se préserve au maximum. Cette méthode est super !! Je teste dès que possible bien que je n’ai pas particulièrement envie de traverser une turbulence…Merci Lirone !! Isabelle

Répondre
    Lirone

    Hey Isabelle ! ça fait plaisir d’avoir un commentaire de ta part ! 🙂
    Nous sommes notre meilleur ami et pourtant nous le traitons comme un moins que rien ! Dès lors qu’on change cette façon de faire (via l’autocompassion entre autres), la vision des choses ne peut que changer !
    Hâte d’entendre tes retours avec ces méthodes Isabelle !
    Bien à toi,
    Lirone

    Répondre
Laissez une réponse:

CommentLuv badge

A ne pas manquer : 10 clés essentielles pour vivre une vie plus épanouissante et plus positive au quotidien 

Vous recevrez uniquement du contenu qualitatif parce que je déteste le spam. Vous ne serez pas redirigé vers une autre page :).

x