Les 8 pratiques qui vous rendront plus heureux d'après les neurosciences. Rendez votre cerveau plus heureux et positif !

Les 8 choses à faire qui vous rendront plus heureux d’après les neurosciences

Temps de lecture : 15-20 minutes. Merci par avance de votre attention.

Quelles sont les pratiques qui vont vous aider à être plus heureux au quotidien ?

Plus particulièrement, quelles sont les pratiques qui vont rendre votre cerveau heureux ?

Telle est la question.

Parce qu’à la base, tout part de ce tout petit organe. Petit, mais (super méga) important.

Le saviez-vous d’ailleurs que malgré ses 1,4 kilogramme en moyenne, soit seulement 2% du poids du corps total, le cerveau nécessite entre 20 et 30% des besoins de l’organisme au repos ?

Bref, revenons à nos moutons.

Non, je ne vais pas vous faire gagner à la loterie. Oubliez d’ailleurs cette connerie !

Vous n’êtes pas un âne poursuivant une carotte.

Vous n'êtes pas un âne qui poursuit une carotte

Je vais vous parler plutôt de choses réelles que vous pouvez faire dès maintenant pour être plus heureux. Et ces pratiques, ce n’est pas moi qui les ai inventées, non.

C’est les neurosciences, c’est-à-dire toutes les sciences qui étudient l’anatomie et le fonctionnement du système nerveux.

 

1. Posez-vous cette question fondamentale

Par moment, vous ne comprenez pas pourquoi vous ne vous sentez pas spécialement bien. Vous êtes comme blasé ou vous ne vous sentez pas du tout heureux à un instant de votre vie.

Vous vous laissez traîné et vous vous dites alors avec grande espérance « j’espère que demain sera une meilleure journée » ou « Ce n’est pas grave, je serais plus heureux quand… »

C’est d’autant plus terrible quand cela vous arrive le matin et qu’il vous reste encore trois quarts de la journée à passer profiter.

Vous êtes prêt à sacrifier tout ce temps alors que vous êtes censé vivre la journée comme si c’était la dernière ? (Dédicace Corneille)

Cela vous parle, n’est-ce pas ?

Laissez moi vous expliquer quelque chose.

Il faut savoir que lorsque vous êtes dans cet état de dépression (légère), que vous le vouliez ou non, votre centre de gratification ou encore votre système hédonique de votre cerveau est activé.

En fait, malgré la différence importante entre vos différentes émotions comme la fierté, la joie, la honte ou encore la culpabilité, elles activent toutes les mêmes circuits neuronaux. Entre autres : le noyau accumbens, les circuits du cortex préfrontal, le lobe et l’amygdale.

Plus précisément, à la différence de la culpabilité ou de la honte, les émotions de fierté ou de joie qui sont des émotions positives puissantes activent toutes ces régions sauf le noyau accumbens.

C’est pourquoi il est plus « facile » et plus intéressant pour nous de vivre des sentiments de honte et de culpabilité parce que notre centre de gratification est alors activé. On se sent bien et beaucoup mieux d’un point de vue biologique.

En d’autres termes ? Tu me résume Lirone ? J’ai décroché.

Je voulais juste vous dire qu’il est normal que vous vous inquiétez et qu’il est normal que dans la vie de tous les jours, vous ayez tendance à vous préoccuper.

Vous avez tendance à beaucoup vous inquiéter n’est-ce pas ?

C’est normal. Rassurez-vous.

En fait, à court terme, s’inquiéter rend votre cerveau plus heureux parce qu’en quelque sorte pour lui, vous vous préoccupez de vos problèmes et vous ne les laissez pas de côté, à l’abandon.

Votre cerveau se dit alors « Chouette, j’ai de quoi m’occuper. J’ai des choses à régler et une fois que cela sera réglé, ça ira beaucoup mieux ».

Sauf que ça boucle à l’infini. Il y aura toujours des choses qui vont occuper votre cerveau.

Pourquoi notre cerveau raisonne-t-il alors de cette manière ?

Parce qu’en s’inquiétant, on aide à calmer le système limbique de notre cerveau.

Le système quoi ?

C’est vrai que je ne vous ai pas (encore) expliqué.

En gros, le système limbique est une des plus anciennes parties de votre cerveau et joue un rôle très important dans la mémoire et les émotions. Ce système contrôle également la libération d’hormones et le système nerveux.

Donc, en vous inquiétant, le système limbique de votre cerveau se calme (par le fait que l’activité de votre amygdale diminue et que l’activité de votre cortex préfrontal augmente). Cela peut vous paraître bizarre et contre-intuitif, mais si vous êtes anxieux et que vous vous inquiétez, vous faites quelque chose de rassurant pour votre cerveau même si cette chose est la préoccupation.

On revient à ce que je vous disais au début : ça fait du bien (que vous le vouliez ou non) d’être dans un état d’anxiété et de préoccupation.

Vous comprenez beaucoup mieux maintenant ce qui se passe au niveau de votre cerveau.

Je n’ai cependant pas envie que vous utilisiez cette excuse  pour vous inquiéter sans arrêt ;).

Parce que bien que ces émotions négatives soient bonnes à court terme, elles se révèlent destructrices à long terme.

Que faire alors ?

Les scientifiques qui étudient les neurosciences ont proposé une solution : se poser une question très puissante.

Laquelle ?

 Pour quelles choses, je peux être reconnaissant au quotidien ? 

Reconnaissance = Gratitude

Tu rigoles Lirone ? Tu me parles de trucs compliqués pour finir avec une solution ridicule ?

Tu es sérieux en parlant de se poser la question ?

Effectivement c’est une solution qui est extrêmement simple, qui peut paraître ridicule, mais pourtant bien difficile à mettre en place.

C’est aussi une solution terriblement efficace d’un point de vue des neurosciences. En effet, votre cerveau est vraiment affecté de manière positive par cette question.

J’ai une question à vous poser : que font la majorité des anti dépresseurs ?

Allez, je vous aide.

  • Ils boostent votre dopamine (hormone associée au plaisir. Elle est liée à l’amour et au plaisir sexuel, mais c’est également une hormone qui joue un rôle important dans les addictions : drogues notamment). Par conséquent, quand votre cerveau relâche cette hormone, vous vous sentez beaucoup mieux.
    Et vous savez quoi ?  La gratitude fait exactement la même chose .
    La différence ? 100% naturelle.
  • Ils boostent votre sérotonine (hormone associée entre autres au sommeil, à l’humeur, aux comportements alimentaires ou sexuels et à la douleur. Un état dépressif est souvent associé à un faible taux de sérotonine).
    Allez je continue de vous embêter : et vous savez quoi ?
    Exactement,  la gratitude fait la même chose .
    La différence ? Une solution également 100% naturelle.

Exprimer de la gratitude booste donc tout d’abord votre niveau de dopamine parce que se sentir reconnaissant active la région du tronc celebrale qui produit de la dopamine et booste ensuite la production de sérotonine dans la région du cerveau associée.

Soyez donc reconnaissant au quotidien. Ainsi vous vous forcerez à vous focaliser sur les points positifs de votre vie.

« Oui, mais la vie est par moment difficile et je te jure Lirone que dès fois je ne vois pas pour quoi je pourrais être reconnaissant ! »

Vous savez quoi ?

Tout d’abord, ce n’est pas grave si vous ne trouvez rien sur le moment. Si vous voulez, c’est le processus qui est important ! Rien que le fait d’essayer de chercher des choses est déjà quelque chose de super. Vous allez vous entraîner petit à petit.

C’est une forme d’intelligence émotionnelle et des études ont montré qu’exprimer de la gratitude augmente cette forme d’intelligence émotionnelle et par conséquent, à force, vous ne devrez plus vous forcer à exprimer de la gratitude.

Et au final c’est ça qu’on veut : que la reconnaissance devienne un comportement aussi facile que dire bonjour à quelqu’un.

Ensuite, je ne vous croirais pas si vous me dites que vous ne trouvez aucune chose pour laquelle vous pouvez avoir de la reconnaissance.

Allez, je vous donne quelques exemples :

  • Avoir de quoi dormir
  • Être en bonne santé
  • Manger tous les jours
  • Pouvoir faire du sport
  • Avoir des yeux
  • Avoir une éducation
  • Avoir des amis et une famille
  • Avoir un travail
  • Avoir internet
  • Avoir des jambes
  • Etc.

Si vous voulez en savoir plus sur la gratitude, je vous invite à lire l’article complet à ce sujet.

 

2. Écoutez de la musique qui vous fait rappeler les moments heureux de votre vie

ecouter de la bonne musique rend plus heureux

Cette pratique est basée sur le concept de l’ancrage. Il s’agit d’une technique utilisée en programmation neurolinguistique (PNL) qui consiste à créer une association entre une émotion donnée et une stimulation extérieure.

L’ancrage est très puissant.

Regardez par vous même.

J’en suis sûr qu’il y a des endroits qui vous font rappeler certains événements passés qu’ils soient positif ou négatif.

J’en suis sûr qu’il y a des personnes qui vous font rappeler certains moments de votre vie.

Ou encore, j’en suis sûr qu’il y a des images qui vous bouleverse (positivement ou négativement) rien qu’en les regardant.

Peut-être même également qu’un parfum vous rappelle une certaine personne : un ex-copain ou une ex-copine par exemple ?

Cela vous parle ?

Quand vous vivez un moment émotionnellement intense dans votre vie, il est fort probable que votre cerveau associe cette émotion positive au stimuli extérieur qui vous a provoqué cette émotion.

Ainsi, dès lors que vous rencontrerez à nouveau ce stimuli, il est fort possible que vous vous sentiez bien parce que votre cerveau se rappelle de ce moment de plaisir.

L’opposé est également vrai. Vivez un moment négatif intensif émotionnellement et votre cerveau ancrera ce moment.

Et plus vous rencontrerez ce stimuli, qu’il soit positif ou négatif, et plus cet ancrage sera renforcé dans votre cerveau.

Vous comprenez bien que l’ancrage est donc quelque chose de très puissant !

Tout ça pour vous dire que la musique est aussi un stimuli extérieur, c’est-à-dire qu’il peut vous faire rappeler des endroits où vous l’avez écouter les premières fois ou encore des événements que vous auriez associés à cette musique.

Pour une meilleure compréhension, je prends l’exemple du couple.

Prenez n’importe quelle musique. Si vous écoutez cette musique pendant votre premier baiser, cette musique ancrera en vous des émotions positives et vous adorerez alors l’écouter souvent. À l’inverse, écoutez cette même musique pendant votre rupture et chaque fois que vous écouterez cette musique vous serez mal au point et triste. (Enfin, sauf si cette rupture est quelque chose de bénéfique pour vous 😉 ).

La conclusion de tout ça ?

Vous étiez heureux pendant un événement en particulier ? Écoutez la musique associée à cet événement et observez comment vous allez voyager automatiquement dans votre tête. Vous allez recevoir une dose de bonne humeur.

Pourquoi ? D’un point de vue des neurosciences, tout s’explique par l’hippocampe qui appartient à la zone limbique du cerveau. C’est un des centres de votre mémoire et du repérage dans l’espace.

Et l’hippocampe joue un rôle majeur dans le contexte de la mémoire émotionnelle. C’est ce qui explique pourquoi si vous écoutez une musique que vous écoutiez quand vous étiez heureux à un certain événement positif, cela peut vous aider à vous sentir plus heureux dans le moment présent.

De manière générale, la musique est un bon moyen de vous donner la pêche, de vous motiver et d’avoir le smile (quand la musique est adaptée évidement).

Alors faites vous plaisir tout en restant raisonnable au niveau du volume (oui je fais de la prévention également).

Vous comprenez maintenant l’impact de la musique. Faites attention aux musiques que vous écoutez au quotidien. 😉

3. Souriez et … portez des lunettes de soleil

Sourire et porter des lunettes rend plus heureux

Connaissez-vous la science du biofeedback ?

En gros il s’agit de la science de l’interaction « corps-esprit ». De manière simple, d’une part, votre corps influence votre esprit c’est-à-dire que, par exemple, votre posture ou votre rythme cardiaque peut influencer votre état d’esprit et votre comportement. D’autre part, votre esprit influence votre corps, c’est-à-dire que vos émotions et vos pensées influencent votre posture et votre façon d’être.

Je vous autorise à relire la phrase ;).

Il faut savoir que le cerveau en soi n’est pas tout le temps intelligent dans le sens où de temps en temps, celui-ci reçoit tellement d’informations qu’il n’est même plus capable de savoir comment il doit se comporter.

Dois-je être plus heureux ? Dois-je être triste ? Dois-je être étonné ? Dois-je être fatigué ? Etc.

Alors, que fait-il donc dans ces cas ? Il cherche des indices.

Ces indices vont aider votre cerveau à savoir dans état il doit se mettre.

Exemple d’indice : le sourire.

J’y viens, rassurez-vous.

Quand vous êtes heureux, il est fort probable que vous souriez, pas vrai ?

Mais ça ne sera pas tout le temps le cas. En fait, vous pouvez même sourire quand vous n’êtes pas heureux.

Encore mieux, vous pouvez tromper votre cerveau en souriant alors que vous n’êtes pas forcément heureux sur le coup.

Vous lui avez fourni un indice l’aidant à savoir sur quel pied danser.

Que se passe-t-il  ?

Votre cerveau reçoit le message suivant :

« Hey, je suis en train de sourire, cela signifie donc que je suis heureux ! Youpi ! »

Votre cerveau va donc agir comme s’il était vraiment heureux avec tout le processus qui va avec : relâchement des hormones du plaisir, etc.

C’est la stratégie du « Fake it until you make it« . Vous faites semblant jusqu’à que cela devienne votre réalité !

En souriant, vous mobilisez environ 15 muscles sur votre visage. Votre cerveau détecte un nouveau changement et ce nouveau stimuli va aider votre cerveau à prendre cette nouvelle direction.

J’ai autre chose d’étonnant à vous raconter sur le sourire :

Les recherches ont montré que sourire est pour votre cerveau un plaisir équivalent au plaisir de manger 2000 barres de chocolats ou de recevoir 25 000 dollars. Incroyable non ?

C’est vrai.

Bon, et les lunettes de soleil dans tout ça ?

Exact, j’y viens.

Quand le soleil est en plein zénith et qu’il fait super beau, vous avez tendance à plisser les yeux. Vous utilisez alors le muscle sourcilier.

Et donc ?

Et donc, on revient au concept du biofeedback : en activant ce muscle, vous envoyez le message suivant à votre cerveau

« Zut, je suis contrarié à propos de quelque chose »

C’est le « fake it until you make it ».

En mettant donc vos lunettes de soleil, vous n’activez pas le muscle sourcilier et vous faites passer le message suivant à votre cerveau :

« Super, tout va bien ! »

Cela m’a beaucoup étonné la première fois que j’ai entendu cette information. J’imagine que vous aussi.

Souriez et portez des lunettes. En plus de paraître plus cool, vous serez plus heureux ;).

4. Touchez les gens

On calme ses ardeurs ! Vous pensiez que je ne vous voyais pas esquisser un sourire derrière votre écran ?

toucher les gens booste votre bonheur

Être bien entouré est un gage de bonheur. Cela a été montré plusieurs fois : être heureux passe par avoir de bonnes relations sociales. C’est aussi se sentir intégré et non exclu parce que le rejet, ça fait mal.

Et ça fait vraiment mal.

Le saviez-vous que l’exclusion sociale active le même circuit neuronal que la douleur physique ?

Et tenez vous bien, l’exclusion sociale peut-être même juste le fait de ne pas jouer ensemble.

Vous comprenez mieux pourquoi dans les cours de récré de l’école, il est important pour les enfants de jouer ensemble.

Regardez.

Les scientifiques ont fait l’expérience suivante :

Ils ont demandé à des personnes de jouer ensemble à la balle c’est-à-dire qu’elles devaient se lancer et se renvoyer la balle à chaque fois. Aussi simple que ça.

À un moment donné, un des joueurs devait arrêter de passer la balle à un joueur spécifique.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Le cerveau du joueur qui ne recevait plus la balle a activé un signal spécifique équivalent à celui de la douleur. Tout ça parce que l’autre personne s’est mise à l’ignorer et ne plus lui envoyer le ballon.

Je vous laisse imaginer à une plus grande échelle.

Se sentir intégré dans ses relations sociales est donc quelque chose de primordial pour son bien être.

Pour aller plus loin dans vos relations sociales, utilisez le toucher.

Le toucher est quelque chose d’incroyablement puissant. Il vous permet d’être plus crédible, d’attirer la sympathie, d’être meilleur en séduction et d’être plus à l’aise de manière générale.

Pourquoi est-ce si puissant ?

Parce que le toucher relâche de l’ocytocine qui est une hormone beaucoup sécrétée dans toutes les relations affectueuses. Elle diminue l’anxiété, donne un sentiment de sécurité, favorise la confiance et le rapprochement entre deux personnes. En libérant de l’ocytocine, la réactivité de l’amygdale diminue.

De plus, toucher une personne que vous aimez réduit vos douleurs physiques et psychologiques.

Après attention : le toucher n’est pas forcement approprié pour toutes les personnes. Certaines seront plus tactiles que d’autres et surtout, il y a le type de relation que vous entretenez avec la personne.
Si vous ne connaissez pas trop la personne en face de vous, évitez le gros accolade et le bisous sur la joue. Une poignée de main ou une tape sur l’épaule sera suffisant. Plus vous êtes proche d’une personne, plus il est intéressant de plus se toucher. Un calin par exemple ou plus si la relation est plus intime.

Le saviez-vous : un calin efficace dure 20 secondes. 😉

A votre avis, pourquoi certains couples durent très longtemps ?

Exactement, des études ont montré que le toucher est un paramètre important dans la longévité d’un couple.

Des études ont également montré que recevoir 5 calins par jour pendant quatre semaines augmente considérablement son niveau de bonheur.

Les massages sont également efficaces.

Les massages boostent votre niveau de sérotonine d’environ 30% et réduisent les hormones responsables du stress (entre autres cortisols). Les massages permettent également le relâchement d’endorphines qui permet la réduction de la douleur.

Après un bon massage, vous aurez un meilleur sommeil.

Peut-être même que vous aurez envie de dormir après un bon massage.

D’ailleurs, en parlant de sommeil.

5. Ayez un bon sommeil

evitez la depression en dormant plus. Dormir correctement rends plus heureux

Accrochez-vous bien.

Une des conséquences possibles du manque de sommeil est la dépression.

Les scientifiques ont suivi pendant plusieurs années des personnes qui souffraient d’insomnies chroniques et il s’est avéré que ces personnes avaient beaucoup plus de chances d’être dépressives par la suite.

La dépression provoque des problèmes de sommeil et le manque de sommeil ammène à la dépression. La boucle est bouclée.

On est dans une société où a l’impression que celui qui dormira le moins sera le plus fort !

Personnellement j’ai besoin d’au minimum 7h de sommeil. Si je dors moins, je sens que je ne suis pas au top de ma forme et de mes capacités. Je n’aime pas du tout cette sensation.

En plus, quand on manque de sommeil, on est plus facilement irritable.

Alors, faites attention à votre sommeil. Certes on est tous différents, mais une personne a besoin en moyenne de 7-8h de sommeil surtout quand cette personne a un rythme de vie intense.

Je développerais le sommeil dans un autre article, mais en attendant, voici quelques recommandations :

  • Évitez les écrans lumineux avant de vous coucher. Au moins 1h à l’avance.
  • Relaxez-vous ou lisez par exemple avant de vous coucher
  • Évitez le sport intensif 2-3h avant de vous coucher
  • Mangez léger
  • Évitez tout travail intellectuel avant de vous coucher
  • Évitez toute boisson à base de caféine après 16-17h

N’oubliez pas que c’est pendant votre sommeil que vous récupérez. Cela peu paraître évident, mais beaucoup de personnes prennent le sommeil à la légère.

Et quand on dort bien, on a tendance à passer une meilleure journée, et on a une tendance à être plus heureux =D.

 

6. Travaillez sur vos objectifs à long terme

travailler sur ses objectifs rend plus heureux et optimiste

Avoir des objectifs change la façon dont vous percevez le monde.

Quand nous sommes stressés ou quand nous sommes dans une période un peu difficile, il peut être moins évident de trouver des moyens de s’en sortir. Pourtant, des études ont montré que penser à ses objectifs sur le long terme était un très bon moyen de vous sentir beaucoup mieux.

En effet, cela donne à votre cerveau un certain sentiment de contrôle et relâche alors un peu de dopamine qui est une hormone qui va vous faire sentir beaucoup mieux et plus motivé par la suite.

De plus, comme je l’ai dit en premier lieu, avoir des objectifs clairs change votre façon de percevoir les choses autour de vous. Par conséquent, quand on a l’impression que tout va mal, que nous n’arrivons plus à progresser et que tout est terrible autour de nous, on peut changer notre façon de voir les choses d’une manière plus positive.

Posez-vous alors ces deux questions :

  • Quel est mon objectif sur le long terme ?
  • Qu’est-ce que je souhaite absolument accomplir ?

À la suite de ces deux questions, posez-vous la question suivante :

  • Qu’est-ce que je peux faire maintenant pour avancer vers cet objectif ?

Peu importe la difficulté de la tâche, peu importe si c’est une petite chose ou non, le simple fait de se dire que l’on va se bouger les fesses et qu’on va faire quelque chose maintenant pour la réalisation de cet objectif à long terme va vous faire sentir beaucoup mieux.

Votre cerveau reçoit en quelque sorte le message suivant :

« Super, je fais des choses qui vont m’aider à accomplir cet objectif à long terme que je souhaite tant ! Je fais des choses qui ont de la signification pour moi ».

Votre cerveau va alors relâcher de la dopamine dans le noyau accumbens pour vous remercier. Vous allez donc vous sentir beaucoup mieux.

Pour terminer, je vous rappelle la définition du bonheur d’après Sonja lyubomirsky et qui a été validée par de nombreuses recherches scientifiques :

Happiness is the experience of joy, contentment, or positive well-being, combined with a sense that one’s life is good, meaningful, and worthwhile Sonja lyubomirsky

Ce qui donne en français :

On peut décrire le bonheur comme étant une expérience de joie, de satisfaction, de positivité et de bien-être combiné à un certain sens que notre vie a un sent pour nous et qu’elle vaut le coup d’être vécu.

Un sens pour nous. 

C’est le point qui m’importe ici.

S’il vous manque cette composante, vous ne serez pas heureux. Il vous manquera quelque chose dans votre vie. Vous ne pouvez pas juste vivre des expériences de joie ou de bien-être. Bien sûr que ça vous fera du bien et que vous vous sentirez bien, mais vous sentirez qu’il vous manque quelque chose.

Cette chose est la raison d’être.

Avoir des objectifs à moyen long terme est quelque chose de fondamental. C’est ce qui donne du sens à votre vie !

C’est pour cela que je vous ai dit que travailler sur ses objectifs fait partie des choses à faire qui vous rendront plus heureux.

En travaillant sur vos objectifs au quotidien, vous donnez un sens à votre vie.

En donnant sens à votre vie, votre cerveau est heureux et relâche alors de la dopamine ;).

 

7. Prenez des décisions

Cela peut paraître bête, mais les sciences ont montré que prendre des décisions réduit notre tendance à la préoccupation et à l’anxiété.

Prendre des décisions, mettre en place des objectifs et agir pour le futur activent les mêmes circuits neuronaux. Et dès lors que vous faites une de ces actions, votre cortex préfrontal est engagé dans un processus positif et par conséquent votre stress et anxiété diminuent.

Prendre des décisions aide également à changer votre perception du monde en trouvant des solutions à vos problèmes et en calmant surtout votre système limbique.

Et là, je vous vois venir en me disant :

« Ouais, mais Lirone, décider peut être difficile. Dès fois, je me prends trop la tête avec des décisions à prendre que je ne vois pas où est-ce que mon stress diminue… »

Je suis d’accord avec vous.

Moi-même, j’ai parfois du mal a prendre des décisions et dès fois ça me prend terriblement la tête.

J’ai mes pensées qui vont dans tous les sens et j’ai l’impression que je joue à chaque fois ma vie ;).

Alors que faire ? Quel type de décision devrais-je prendre ?

Encore une fois, je vous apporte une réponse grâce aux neurosciences.

Que disent les neurosciences ?

Qu’il faut prendre une décision « suffisamment bonne ».

Quoi ?

C’est-à-dire qu’il n’y aura jamais de décision 100% bonne. Il y aura toujours des conséquences.

En voulant être sûr à 100%, vous tombez dans le perfectionniste et on le sait tous : être dans la perfection totale est quasiment impossible et surtout provoque le stress.

Et là, vous devinez la réponse. Stress –>pensés négatifs –> moins de bonheur.

De plus, le stress cible spécifiquement les aires du cerveau impliquées dans la coordination de la cognition et des émotions : l’hippocampe, le cortex préfrontal et l’amygdale. Ces aires à risque seront celles où l’on va retrouver une atrophie ou un dérèglement fonctionnel au cours du vieillissement.

Essayer d’être parfait surcharge pour rien votre cerveau avec des émotions et vous donne une sensation de ne plus avoir de contrôle sur les choses autour de vous.

Perte de contrôle –> Stress –> pensées négatifs –> moins de bonheur.

Donc quand vous prenez une décision, votre cerveau a la sensation d’avoir du contrôle. Et comme je vous l’ai dit tout à l’heure avoir ce sentiment de contrôle diminue le stress.

De plus, prendre des décisions nous donne du plaisir.

En effet, il a été montré que de la dopamine était relâchée après avoir pris une décision.

D’ailleurs, une expérience a été faite avec deux rats :

De la cocaïne a été injectée (même quantité) dans ces deux rats. Le rat A devait activer un levier et le rat B devait absolument ne rien faire.

Les scientifiques ont mis en évidence que le rat A avait relâché beaucoup plus de dopamine dans le noyau accumbens.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Qu’il faut acheter de la cocaïne ?

drogue et bonheur ne font pas bon ménage

Non !

Cela veut dire que dès lors que vous prenez une décision par rapport à un objectif que vous avez, vous vous sentirez beaucoup mieux que si vous laissez les choses se faire au hasard.

Si vous faites une chose parce que vous sentez que vous devez le faire, ce n’est alors pas une décision volontaire. Votre cerveau ne recevra pas alors sa dose de plaisir. À la place, il recevra une petite dose de stress.

Une bonne décision doit être une décision prise avec conscience et doit être prise 100% par vous.

 

8. Mettez une étiquette sur vos émotions négatives

L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) est une technique permettant de visualiser de manière indirecte, l’activité cérébrale.

Une expérience a été réalisée par des scientifiques.

En gros des participants devaient regarder des photos de personnes avec certaines expressions faciales et chacune de ces expressions faciales représentait une certaine émotion.

Chaque fois que les participants observaient une certaine expression donnée, leur amygdale s’activait. Sans surprise, car c’est un processus normal. Cependant, là où c’est surprenant est le fait que dès lors que les participants devaient mettre un nom à l’émotion qu’ils observaient, leur cortex préfrontal ventrolatéral s’activait et par conséquent l’activité de leur amygdale diminuait.

Plus simplement, le fait que les participants prenaient conscience de l’émotion qu’ils observaient réduisait tout simplement leur impact.

Ce qu’il faut retenir ?

Mettez une étiquette sur vos émotions négatives.

Vous ne vous sentez pas bien ? Vous vous sentez mal ?

Okay, mais quoi exactement ?

De la tristesse ? De l’anxiété ? De la colère ?

Rien que le fait de mettre une étiquette sur cette émotion (en un ou deux mots) va réduire l’impact de celle-ci sur vous.

Donc la prochaine fois que vous vivez une période difficile, que vous n’êtes pas bien ou autre, posez-vous et demandez-vous qu’est-ce que vous ressentez à ce moment donné.

Voilà les 8 choses d’après les neurosciences qu’il faut faire pour être plus heureux au quotidien. Bien que certaines pratiques paraissent évidentes, elles le sont moins lors de leur application.

Pour moi, ces 8 pratiques sont applicables par tout le monde.

Commencez petit en expérimentant tout d’abord une chose. Puis ensuite deux, puis ensuite trois et ainsi de suite.

Ne vous surchargez pas avec ces 8 pratiques si vous n’avez pas l’habitude. C’est le meilleur moyen d’être dégoûté et de ne pas faire les choses correctement.

Je compte sur vous ! Ces 8 choses ne sont pas difficiles en soi. Cela requiert juste un peu de discipline au début.

Soyez une personne d’action.

Ce sont des efforts mais qui vont vous récompenser par la suite.

Merci pour votre attention.

Lirone

References :

[1] The upward Spiral : using neuroscience to reverse the course of depression

[2] Smile : the astonishing powers of a simple act

[3] The how of happiness

[4] Mechanisms of stress in the brain

[5] Towards a functional neuroanatomy of pleasure and happiness

[6]Mind at ease puts a smile on the face: Psychophysiological evidence that processing facilitation elicits positive affect.

Êtes-vous capable de diffuser du positif autour de vous ? Partagez et contribuez à un monde plus positif :)
Lirone

À travers mon blog, je vous aide à devenir plus heureux et plus positif au quotidien. Première cible : votre état d'esprit. Mon but est donc de vous aider à changer votre état d'esprit afin qu'il soit plus positif. Vous verrez ainsi les choses d'une autre manière. Devenez à votre tour un diffuseur de positif et impactez à votre tour les personnes autour de vous.

Cliquez ici pour laisser un commentaire positif

Mouny Kem Chhom

« Souriez et portez des lunettes. En plus de paraître plus cool, vous serez plus heureux ;). »
C’est génial comme conseil, vu le double avantage, c’est adopté ! 🙂

« dès lors que vous prenez une décision par rapport à un objectif que vous avez, vous vous sentirez beaucoup mieux que si vous laissez les choses se faire au hasard.

Si vous faites une chose parce que vous sentez que vous devez le faire, ce n’est alors pas une décision volontaire. Votre cerveau ne recevra pas alors sa dose de plaisir. À la place, il recevra une petite dose de stress.

Une bonne décision doit être une décision prise avec conscience et doit être prise 100% par vous. »

C’est vrai, je remarque que quand je prends une décision 100% par moi-même, je sens que je contrôle ma vie au lieu de laisser faire le hasard et les réalisations se font rapidement aussi car je sais exactement que je veux, si c’est le hasard qui prime, c’est le flou total et quand c’est comme ça, on arrive à rien et même pire, on arrive au contraire de ce qu’on veut.

Merci Lirone pour ces conseils, les autres conseils sont aussi bien.

Répondre
Mouny Kem Chhom

Vive les neurosciences ! le bonheur expliqué par la sciences, c’est génial !
Parfois on est malheureux ou heureux sans vraiment savoir pourquoi et là on a des explications par la sciences, c’est formidable ! 🙂

Répondre
Isabelle Anton

Bravo pour cet article passionnant et drôle !! J’ai des trous dans la raquette ou encore une grande marge de progression. C’est TOP !! Merci

Répondre
Philomène

Bonjour Lirone et bravo pour votre blog ! Je suis personnellement sur la même longueur d’onde que vous . J’ai beaucoup apprécié votre humour ! Vous m’avez fait sourire après une nuit blanche ( pour cause d’enfant malade ).
A bientôt , Philomène .

Répondre
    Lirone

    Bonjour Philomène,
    Yeeah un sourire ! Génial 🙂 Je souhaite à votre enfant un bon rétablissement !
    Au plaisir de vous lire, merci !
    Lirone

    Répondre
Laissez une réponse:

CommentLuv badge